logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/09/2007

L'Espirt d'une dé-marche

L’Esprit d’une dé-marche

J’ai trouvé ce texte d’une très grande pureté pour parler du chemin. Ecrit par le Père Bernard Gourier, je souhaite tout simplement le faire partager.
Une manière aussi, pour moi, de remercier ceux avec qui j’ai fait un bout de chemin : Frère Réginald, Oki de Tokyo, Athina du Québec, Wilfrid d’Autriche, M. le Curé de Nasbinals avec qui j’ai servie la messe des pèlerins, Le Docteur Crozatier à Saugues, médecin des pèlerins, Annie mon amie, Christian et Alain, Annick, les Hôspitaliers de l’Abbaye de St-Foy à Conques, les « Tamalou » de Lyon, et tous ceux rencontrés cette année 2007 !

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »

Partir, marcher droit, arriver quelque part. Arriver ailleurs plutôt que de ne pas arriver. Arriver où on n’allait pas plutôt que de ne pas arriver. Avant tout arriver. Tout plutôt que de vaguer.

C’est une démarche de pèlerin, les pèlerins que nous sommes tous sur cette terre, les pèlerins que nous avons choisi d’être en prenant la route de Compostelle, les pèlerins que nous voulons rencontrer sur nos chemins :

Le pèlerin n’est pas installé, il est en route, en marche, en attente. Il n’assène pas des certitudes, il écoute, il parle, il dialogue, il rencontre.

Le pèlerin est un chercheur, à la recherche de soi, des autres, de l’Autre. Il ne sait pas toujours bien ce qu’il cherche, il trouvera peut-être autre chose que ce qu’il croyait chercher : c’est l’homme d’aujourd’hui, construisant son avenir, marchant vers demain.

Le pèlerin est plusieurs, il n’est pas seul, ni au départ ( il porte d’autres dans son cœur), ni en route, ni à l’étape, ni à l’arrivée. Et le croyant sait qu’il est un peuple, qu’il est l’église, qu’il est aussi l’Eglise. C’est un espace de Confraternité en somme.

Le pèlerin est un Jacquet, il sait qu’il marche vers un haut lieu où l’on précédé des millions de marcheurs, des millions de chercheurs de Dieu, souvent désireux de donner une dimension apostolique à leur foi, de la fonder sur la tradition de l’apôtre Jacques.

Le pèlerin à les pieds sur la terre et les yeux tournés vers les étoiles : les pieds dans ses chaussures, bien posées sur l’humus des réalités quotidiennes, ne fuyant pas la vie, sachant que l’effort, la fatigue, le soleil ou la pluie, le bonheur et le malheur sont notre lot à tous. Mais il regarde vers les étoiles, la voie lactée, le « champs d’éroiles », pour trouver la sienne, celle qui éclairera sa vie.

Et l’image, qui peut nous parler au cœur, c’est celle des mages partis ensemble guidés par une étoile, cherchant et découvrant au bout de la terre Celui qui éclairera leur vie. »

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique